Service web pour alléger vos boîtes mails (télécharger une archive)

À quand remonte la dernière fois que vous avez eu besoin de lire cet e-mail du 15 septembre 2012 ? Ça fait longtemps n’est-ce pas ?

Préambule

Le stockage de ces e-mails n’est pas sans impact énergétique : en effet, les serveurs (gros ordinateurs) qui hébergent ces vieux e-mails sont allumés en permanence pour vous permettre, un jour peut-être, de relire cet e-mail du 15 septembre 2012 dont vous n’avez même plus le souvenir. Deux solutions peuvent s’offrir à vous pour diminuer cet impact :

  • Supprimer vos vieux e-mails, la solution la plus sobre, radicale ;
  • Archiver vos e-mails sur une clé USB / un disque dur externe, votre ordinateur ; en tout cas, un système d’archivage « froid », c’est-à-dire qui ne sera pas allumé en permanence.

Un service web et open source pour faire ça

Lighten Mailbox est une interface web qui permet de faire du ménage dans sa boîte mail. Ce ménage se fait soit en supprimant des vieux messages, soit en les téléchargeant au format EML ou HTML/TXT. La sélection des messages se fait par critère de date (début/fin), puis en sélectionnant les dossiers IMAP concernés.

Exemple d’utilisation : Télécharger et archiver (exemple de rendu) ces emails vieux de 2 ans en les enregistrant sur un disque dur externe, puis (quand vous vous êtes assuré de l’intégrité des données) supprimer ces messages.

Exemple d’index d’archive : https://lighten-mailbox.zici.fr/archive/example/ (utilisable hors ligne, dans un navigateur internet depuis une clé usb par exemple…)

Une vidéo vaut mieux que de grands discours :

9 réflexions au sujet de « Service web pour alléger vos boîtes mails (télécharger une archive) »

  1. Bonjour 🙂

    Je n’ai jamais compris l’intérêt de supprimer ces mails en prétextant l’impact énergétique. Une unité de stockage allumée, avec plus ou moins de données va consommer la même chose. La copie sur un autre support de stockage ne change rien, si ?
    Sur mon serveur de mail et concernant mon adresse, j’ai 4 Go de mails avec des mails qui datent de 2012. Je ne suis pas convaincu qu’archiver mes données puisse avoir un impact, surtout si je dois avoir un support de stockage complémentaire.

    À bientôt

    1. Une unité de stockage allumée, avec plus ou moins de données va consommer la même chose. La copie sur un autre support de stockage ne change rien, si ?

      Une unité de stockage n’est pas la même selon si elle a plus ou moins de données… Je suis hébergeur de mail : https://retzo.net/ actuellement j’ai ~6 000 mails qui transites par jours (et je suis un tout petit petit hébergeur) tu te doute bien que si ces emails sont stocké indéfiniment il va falloir que le serveur (le stockage) grossisse avec le temps…

      La proposition d’archivage est d’archiver « hors ligne » (sur une clé USB ou disque dur externe) justement pour que les unités de stockage serveur ne grossisse pas (beaucoup) plus ET que les unités de stockage ne soit pas perpétuellement alimenté en énergie pour un usage quasi null (tu lis beaucoup tes email de 2012 ?)

      Après oui, le stockage n’est qu’une partie du problème, le trafic est encore plus impactant en énergie du coup si tu veux bien faire il ne faut juste pas envoyer de mail 😉

      C’est plus clair ?

      David

      1. Je comprends l’objectif de l’hébergeur mais c’est transférer le problème du stockage ailleurs : il faut produire le support pour va récupérer les données, sans parler des sauvegardes que doivent réaliser les hébergeurs et les hébergés. Transférer plusieurs Go à un coup énergétique et dans le cas présent, il est réalisé plusieurs fois (serveur de mail -> serveur de lighten, puis du serveur de lighten vers l’utilisateur).

        Je pense sincèrement que le prétexte écologique est issu d’un raisonnement naïf et qu’en pratique ce n’est pas si simple.

        1. il faut produire le support pour va récupérer les données

          Oui, mais il faut aussi produire aussi les support de stockage pour les nouvelles données (des nouveaux messages) du coup si les boîtes mails se vident peut être qu’il faut produire moins de support de stockage pour les nouveaux mails…

          Note aussi qu’un stockage en ligne est souvent répliqué 3 à 4 fois : l’original (+ le raid – parfois mais de moins en moins) + la backup + la duplication
          Alors que si tu sauvegarde « a froid », chez toi tu ne vas peut être pas le répliquer 3 ou 4 fois, 2 pour les paranormaux grand maximum…

          Du coup ça fait toujours moins de support à fabriquer que d’avoir moins de données en ligne…

          Je suis d’accord sur le fait que ça génère du trafic réseau par contre, sans aucun doute et ce n’est pas sans impact ! (le mieux c’est de ne pas envoyer de mail hein…)

          Je pense sincèrement que le prétexte écologique est issu d’un raisonnement naïf et qu’en pratique ce n’est pas si simple.

          J’en suis sûr que c’est pas si simple, cependant l’accumulation ne me semble pas une démarche « écologique » et il semble que tu n’es pas plus d’éléments factuel que moi donc on va resté dans le doute et dans nos vérités… :-p

          1. Bébé

            En tout cas, bien que mes commentaires soient tranchés, ton articles (et d’autres parcourus sur ton blog) ont soulevé des questions importantes que chacun doit se poser.

  2. Bonjour. Je suis très intéressé par votre solution de backup de mail. C’est un service que j’aimerai tester et ajouter à mon instance. Mais je rencontre quelques problèmes à l’installer (sous debian 10). J’ai ouvert un ticket (https://framagit.org/kepon/lighten-mailbox/-/issues/1) et rencontre un problème avec composer. C’est un beau projet qui pourrait bien faciliter le problème de gestion de taille des boîtes mail énormes de certains de mes utilisateurs. Faire le ménage dans ces mails, c’est pas toujours très simple à faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.