Le planisphère « Planète terre » : alternatif, renversant…

Je ne sais pas vous mais personnellement, j’ai toujours pensé que la Russie était plus grande que le continent Africain. Cette croyance était due à la représentation du monde à plat la plus courante que ce soit dans les manuels d’histoire géographie ou en poster dans mes toilettes. Il s’agit de la projection de Mercator. Cette projection est très pratique pour naviguer mais peut-être pas la meilleure pour se représenter le monde… En fait la Russie à une superficie de 17 millions de km² et l’Afrique 30 millions km²… C’est seulement à mes 28 ans & à la suite de la conférence gesticulée d’Alexis Lecointe que j’ai découvert cette nouvelle vision du monde (qui me semble plus juste) :

Le planisphère "Planète terre" de Gérad Onesta
Le planisphère « Planète terre » de Gérad Onesta

Les grosses différences avec Mercator :

  • Projection : conserve les rapports de surface entre les masses continentales (mais ne garde pas les formes, ce qui donne un aspect allongé, étiré en hauteur) ;
  • Limites : zones naturelles (formations végétales) et non frontières étatiques ;
  • Humains : nom des peuples et non des états même si c’est incomplet : la richesse humaine dans ce domaine ne pouvant être représentée sur un morceau de papier, d’autant que les peuples se mélangent, voyagent, et l’imbrication des humains rend presque impossible la définition de limites claires et figées ;
  • Rose des vents : Sud vers le haut. Le Nord n’est ni en haut ni en bas, il est au Nord…  Il n’est donc pas à l’envers ça n’est qu’une convention ;

La page Wikipedia de « Planisphère » nous indique :

Les planisphères ne représentent pas uniquement une surface physique mais sont souvent au centre d’enjeux géostratégiques. Ils représentent la vision de l’auteur et ne sont donc pas seulement issus d’une technique de représentation géométrique ; ils peuvent alimenter autant les intérêts de la représentation politique et peuvent être des moyens de propagande

Le planisphère alternatif de Gérard Onesta nous invite, par ses conventions inhabituelles, à faire un pas de côté pour voir quelles mécaniques et logiques de domination peut véhiculer quelque chose d’aussi habituel et apparemment inoffensif qu’un planisphère. La domination de l’Afrique par l’Europe par exemple, en choisissant une représentation où elle se trouve plus petite et « sous » nous.

Et c’est libre ?

Non 🙁 à part le prix

Alexis Lecointe qui a relancé l’édition de ce planisphère avec l’accord de son auteur Gérad Onesta a émis la demande de libérer ce planisphère, mais sans succès dans ce texte (p4) il nous relate son dialogue avec l’auteur :

j’ai compris les besoins de G. Onesta en termes d’éthique, et je suis garant du respect de celle-ci. En gros il faut surtout éviter que ce planisphère serve à faire du « green washing », soit récupéré pour des motifs mercantiles par des entreprises privées, ou utilisé par des partis politiques ou individus clairement adversaires des valeurs écologistes. Pour l’instant, il ne sera pas en licences libres Creative Commons http://creativecommons.fr/), par exemple, mais j’espère qu’à l’avenir nous en rediscuterons:

Moi aussi je l’espère ! J’ai quand même choisie d’appuyer ce planisphère parce que c’est une œuvre renversante et je ne désespère pas, un jour, croiser Gérard Onesta et lui en causer deux mots. Parce que vraiment Gérard, si tu me lis, je penses que ton travail serait encore plus beau & pertinent dans le domaine public ou sous licence libre (Licence CC0). Ne serait-ce que pour faciliter sa diffusion. De plus, je ne suis pas certain qu’un Copyright garantisse une utilisation éthique de ce beau planisphère

S’en procurer

Le mot de la fin

« la critique c’est nécessaire, mais l’invention c’est vital, car dans toute invention il y a une critique de la convention » (Gustave Parking)