Phytoépuration, mise en œuvre

Cet article fait suite à mon article phytoépuration, histoire de SPANC et de dérogation, sauf que là on met les mains dedans…

Nous allons mettre en œuvre un filtre planté FV 3EH (3 équivalents habitant) agréé par Aquatiris, le chantier est en auto-construction. Aquatiris passe faire des visites de contrôle pour valider certaines étapes du chantier.

Poste de relevage

Le terrain n’avait pas suffisamment de pente pour que la gravité suffise… Il nous a fallu passer par un poste de relevage. Celui-ci est là pour mettre l’eau sous pression avec une pompe pour remonter l’eau…  Dans notre contexte d’autonomie électrique et donc de non abondance, il fallait que la pompe consomme peu. Parce que nous ne faisons pas caca dans de l’eau potable, nous avons pu opter pour une pompe à eau claire qui ne consomme que 250W. Pour l’avoir testé, elle vide le poste de relevage de 350L en quelques minutes, c’est parfait (car elle n’est pas longtemps allumée…) ! De plus avec notre consommation d’eau, j’estime qu’on pourrait l’allumer uniquement tout les ~9 jours en théorie. En général (connecté sur un réseau à l’électricité faussement abondante), les pompes de relevage s’allument dès que le niveau d’eau dépasse un certain seuil, c’est automatique. De notre côté, nous avons opté pour une solution manuelle qui nous permet d’allumer la pompe uniquement s’il fait beau (quand les panneaux solaires produisent). Dans ce cas :

  • Le flotteur de déclenchement de la pompe est mis au plus bas
  • Une alarme de trop plein (fonctionnant avec une pile 9V)  va être installé et le flotteur sera mis au 2/3 de la cuve

Le déclenchement de la pompe sera donc manuel et une alarme nous signifiera que c’est presque plein.

Sur notre terrain, l’eau n’est jamais loin. J’ai donc ajouté un puits de décompression à côté du poste de relevage. Sa mise en œuvre est simple, c’est un tuyau à la verticale, à côté du poste de relevage. Ça permet d’éviter une grosse poussée de l’eau sous le poste ce qui aurait pour effet de le faire remonter. J’ai quand même aussi pris la précaution de couler un peu de béton au fond de celui-ci (toujours dans le même but : éviter qu’il ne remonte quand il est vide d’eau, et donc plein d’air).

Le poste de relevage a été installé en amont de la phytoépuration, toujours pour ces mêmes raisons d’économies d’électricité. En effet, s’il est après la phyto, il doit aussi relever les eaux de pluie qui tombent dans le bac… La pluie arrivant plutôt en hiver quand le soleil est plus rare (et l’électricité aussi, pour une installation solaire autonome), ce n’est pas le moment de devoir déclencher fréquemment la pompe…

Mise en œuvre de la phyto

Aquatiris fournit les regards, le bac, le poste de relevage, les vannes, les roseaux et un guide… le reste est à notre charge (tuyaux pvc, granulats…).

Dans le bac étanche, il y a (de bas en haut) :

  • Un épandrain (tuyaux PVC 100 rainuré) qui va vers l’évacuation pour recueillir l’eau filtrée
  • Du gravier 10/20 (20cm)
  • Du gravillon 4/8 (30cm)
  • Du sable (10cm)
  • Des roseaux

Au milieux du bac, il y a une cloison pour le séparer en 2. En amont, il y a un poste de répartition avec des vannes guillotines pour alterner l’écoulement d’un bac à l’autre.

Retours

Quand j’ai reçu le devis, j’ai trouvé ça cher : ~4000€, et en plus ça ne comprend même pas les granulats et bon nombre de tuyaux PVC qui vont pourtant à l’intérieur de la filière (que les tuyaux PVC en amont et aval ne soit pas compris dans le prix, je peux le comprendre : c’est différent à chaque fois, c’est à la charge du client). En gros c’est « juste » le prix pour : un gros bac en plastique, le poste de relevage, la pompe de répartition, de prélèvement, des grilles, un bout de géotextile, 2 vannes et 3, 4 joints forsheda… Au total, de notre côté on va s’en sortir pour 4500-5000€ (tout tout compris).

Aquatiris, c’est donc cher (même en auto-construction) et c’est beaucoup de plastique… La phytoépuration reste tout de même l’assainissement qui a le plus de sens pour moi à l’heure actuelle… le moins pire (niveau pollution, durée de vie…) malgré le plastique.

Je conseille l’autoconstruction, c’est franchement facile à faire… C’est d’ailleurs plus une histoire de bras que de tête. Si vous savez vous servir d’une pelle vous avez 95% des compétences, il reste plus qu’a apprendre à coller 2 tubes de PVC entre eux (pas sorcier).

 

15 réflexions au sujet de « Phytoépuration, mise en œuvre »

  1. Bonjour David,
    Je suis régulièrement sur ton site car mon compagne et moi-même allons d’ici quelques mois commencer la construction d’une maison terre/paille sur un terrain de 7 000 m2 où nous souhaitons installer un jardin-forêt.
    J’aurais plein de questions à te poser en lien avec notre projet mais je vais d’abord me concentrer sur l’objet de mon mail.
    En effet jeudi prochain nous aurons rendez-vous, dans le cadre du dépôt du permis de construire, avec le responsable du SPANC car il vient d’avoir écho de notre souhait d’avoir des toilettes sèches exclusivement et un système de phyto-épuration.
    Il semblait au téléphone assez réservé pour ne pas dire « réticent… » 🙂
    La phyto-épuration proprement-dite
    Ainsi que tu l’exprimais ici nous imaginions au départ partir sur le système Traiselect issu du site Eautarcie. Mais il a vu la vidéo et me dit que ce n’est pas un système agréé et comme tu le disais ils ne veulent qu’un système agréé.

    Me conseilles-tu de passer par un bureau d’études ? Le site Aquitiris en propose un pour mon secteur… es-tu passé par eux toi aussi ?

    Vient ensuite donc la question des EH et ma première question : où as-tu trouvé l’info. selon laquelle lorsqu’on a des toilettes sèches le coefficient à appliquer est de 0,6 ? C’est le bureau d’étude ou c’est quelque chose d’officiel ?
    Pour notre part il y aura 1 salon et 4 chambres donc a priori 5 EH * 0,6 soit comme toi 3 EH. Mais j’aimerais bien pouvoir argumenter jeudi le 0,6…
    En outre, si on doit passer par Aquitiris, j’envisage de passer par le système suivant :
    As-tu eu le droit en aval de ton bac Aquitiris de déverser les eaux dans une mare tel que le schéma laisse à penser ? C’est au Sud de ma maison et j’aimerais mettre en place un potager autour et arroser avec cette eau…
    Nous envisageons aussi des cuves de récupération d’eau de pluie enterrées, je me demande dans quelle mesure cela peut être contradictoire d’un point de vue règlementaire avec ce système de photo-épuration… As-tu un retour d’expérience là-dessus ?
    Les toilettes sèches
    Le mec du SPANC me disait qu’il y a obligation au fond des composts à toilettes sèches de faire une chape béton et de faire en sorte qu’aucune eau de ruissellement puisse s’en extraire.
    As-tu eu les mêmes contraintes ? Si oui, les as-tu suivies ? Contournées ? As-tu trouvé le texte officiel qui fait état de cela ?
    Merci d’avance si tu as le temps de me donner quelques éléments de réponse. Merci aussi pour ton site, la clarté et le côté opérationnel de celui-ci !

    À bientôt,
    Gabriel

    1. Bonjour Gabriel,

      ça dépend des spanc mais oui c’est chaud d’avoir une dérogation pour un système non agréé (mais ça s tente) un spanc dans la creuse peut être qu’ils sont plus cool…

      Tu es dans l’obligation de fournir une étude d’assainissement au spanc, qui donnera un certificat de conformité sur ton projet d’assainissement autonome, si tu n’as pas ce papier tu ne peux pas déposer ton permis de construire (enfin si mais tu es quasi certain qu’il sera retoqué).
      Cette étude tu peux l’a faire seul (a ce qu’on m’a dit) ou faire appel à un bureau d’étude, nous on a fait par un bureau d’étude parce que je voulais me concentrer sur le reste (le permis de construire, la construction, – c’est déjà un gros morceau – …) et que j’ai pas trouvé trop de doc sur ce que doit contenir cette étude.

      Pour le coup des 0,6 : Norme de conception NF P 16-006 août
      A ce qu’on m’a dit, c’est dans les norme mais pas dans la loi, donc en gros ils sont pas obliger de le prendre en considération…

      Pour la marre en aval : Oui c’est possible, il nous l’a proposé, encre plus, si tu n’as pas le pluvial qui passe prêt de ton terrain il me semble que tu es obliger de mettre en place une zone d’infiltration… ça c’est l’étude qui le détermine en fonction du type de sol.
      Moi de ce qu’on m’a dit il ne faut pas compter sur le rejet l’été pour arroser le potager. Entre l’évaporation et ce que boivent les plantes, l’été il en sort vraiment pas grand chose de ta phyto…

      Pour la contradiction eau de pluie : Contradictoire ? Je vois pas pourquoi, c’est 2 système bien district qui n’ont pas de lien les un avec les autres. Je serais toi j’en parlerai pas trop (parfois il faut en dire le moins possible), je ne suis même pas sûr que tu sois dans l’obligation de le mentionner dans le permis vue que ce n’est pas visible…

      Les toilettes sêches : Dans le texte officiel c’est indiqué que ça doit être étanche, le contrôleur du SPANC, quand il contrôle l’assainissement après réalisation contrôle aussi tes toilettes sèches et ton air de compostage. Dans les texte il est indiqué que ça dois être une « cuve étanche »
      Tout ça dépend aussi de ton terrain (zone inondable, emplacement, dimensionnement des bac…) :
      https://www.terreau.org/spip.php?article201
      https://toilettes-seches.i-cag.net/toilettes-seches-parlions-compostage/
      http://www.juristes-environnement.com/article_detail.php?id=1132
      Au contrôle nous on avait mis 4 palettes ensembles, pas de dalle… Il m’a fait remarqué que c’était pas étanche, je lui ai dit que j’allais mettre un toit pour éviter le ruissellement mais que j’avais pas eu le temps de terminer. On a discuter de cette histoire de dalle en béton, je lui dit que « avec une dalle en béton mon composte ne va juste pas marcher, que ça va puer, pas bien composter…  » je lui ai expliqué l’absurdité de la chose, il était d’accord avec moi, il m’a juste dit de poser un toit (ce que j’avais l’intention de faire pour pouvoir mieux gérer le taux d’humidité dans le composte) après c’est toi et ta chance, c’est si ça passe bien avec le contrôleur… après si tu te prends une contre-visite c’est une centaine d’euro… (je sais plus exactement)

      Voilà voilà…
      Belle soirée,
      David

  2. Dans le cadre de la resto d’une vieille maison, nous voulons, avec ma femme, faire une phyto épuration pour 5 personnes.
    Nous avons fait réaliser l’étude par une filiale d’Aquatiris (430 € ça va encore !)
    Mais là, le montant du devis de l’entreprise agréé que nous avons reçu est proprement …hallucinant 17000 € !
    Donc, auto construction… et, bien sur, des questionnements !
    1/ J’ai vu qu’il fallait que les fournitures aient une homologation, alors, est-on forcément obligé de passer par Aquatiris pour ces fournitures. Pour toutes, ou seulement une partie, lesquelles ?
    2/ Je crois avoir compris qu’un suivi par eux est obligé (3 visites ?)
    Et donc, même question, pas d’autres issues ?
    Je vous remercie si vous pouvez m’aider à trouver des renseignements dans cette jungle.
    Eric

    1. Bonsoir Eric,

      17 000 € c’est clef en main !?

      1) Pour une partie oui (en gros le bac, les regard, grilles…) pour le reste (tuyau, coude…) c’est toi que te débrouille (enfin moi c’était mon cas)
      2) Oui le suivi de chantier est obligatoire pour qu’il te fournisse l’agrément que tu devras ensuite fournir au SPANC qui pourra attester de la conformité du bazar. ça s’entend parce qu’a des moment tu rebouche des tranchés, tu remplis ton bac de gravier / sables donc il n’y a plus grand chose d’apparent. Je penses pas qu’il y est d’autres issus pour ça, c’est eux qui fixe les règles vu qu’ils ont l’agrément… Note qu’il y a d’autres constructeurs de phyto, fait d’autres devis.

      Si tu veux baisser les coups, en plus de l’auto-construction tu peux te rapprocher de ton SPANC pour :
      Soit avoir une dérogation pour faire une plus petite phyto (nous c’était notre cas, on est en toilette sèche, on consomme 20L/j/p donc notre phyto – la plus petit edu marché – est déjà trop grande pour nous, elle a du mal à pousser tellement on lui envoi peu d’eau…) ce qu’on a réussi à obtenir de notre SPANC
      Si tu n’es pas au toilette seiche, c’est le moment d’y passer, ça fera baisser le coup de ta phyto, de ta facture d’eau, de ton emprunte écologique… bref c’est bon pour tout le monde !
      Soit tu te rapproche du SPANC pour demander une dérogation pour faire une phyto non agréé (type eau vive)
      Toutes ces démarches de dérogations sont pénibles à avoir, parfois longue, parfois impossible à obtenir tellement le SPANC est obtus.. ça dépend beaucoup de ton SPANC… Renseigne toi auprès d’autres gens de ton coin pour sonder le niveau de tolérance pour ne pas arriver avec une demande que tu sais qu’il refuseront parce que la demande suivante passera encore moins bien…

      Belle soirée,
      David

      1. merci des précisions !
        oui, 17000, c’est clé en mains (quand même !)
        nous pratiquons déjà les toilettes sèches, mais pas à plein temps.
        C’est peut être l’occas de le faire !
        à bientôt des nouvelles !
        Eric

  3. Bonjour David,

    tout d’abord merci pour ton blog et les précisions que tu as mis dedans, c’est super bien fait et très profitable.

    Je suis en contact avec Aquatiris pour une phytoépuration, avec une FV 5EH, avec 2 zone verticale de 5m2 chacune et d’une autre zone plantée avec 16m2 carré, une pompe eau claire et une chasse auget en sortie d’habitation en raison d’une pente à peine suffisante pour ne pas mettre une pompe de relevage, mais par précaution une chasse auget.

    Le tarif annoncé est de 6375€ en auto-construction, je trouve cela un peu cher, sachant que la chasse auget n’est pas fournie…qu’en penses tu ?

    merci pour ton regard avisé !

    Cordialement

    Denis

  4. Bonjour David,

    Après une bonne année de mise en service, aurais-tu des observations particulières sur le système ? (maintenance, fonctionnement général, développement des plantes, gestion en automne/hiver avec beaucoup de pluies, etc…)

    Une chance de te voir faire un petit REX/update du sujet un de ces quatre ?

    Bon courage pour l’emménagement et bon été !

    Vincent.

     

    1. Bonjour Vincent,

      Les observation sur la structure : leur bac en plastique c’est franchement pas le top, ça travail fort, ça se déforme, ça manquerai de renfort (je leur ai fait remonté l’info) un bac maçonné ça aurait été mieux mais à l’époque il n’avait pas le tampon pour le faire sur une 3EH (que j’ai)
      La maintenance est quasi nul… c’est cool.
      Les roseaux n’ont quasi pas poussé la première année (10cm max) mais cette année j’ai mis une partie de mon composte de toilette sèche sur les roseaux pour et je penses que ça leur plaie bien… là ça pousse fort !
      Il n’y a pas plus de maintenance quand il pleut, je vois pas où tu veux en venir…

      En tout cas j’en suis plutôt globalement content !

      Si t’as des questions précise hésite pas…

      David

  5. Salut David

    Nous on a aussi opté pour aquatyran parce qu’on avait pas le choix… le devis était un peu plus salé parce que nous avons deux bacs mais bon…

    Au final, même remarques que toi : très très cher pour du plastique directement livré de Bretagne. Du plastique bien fin qui se déforme déjà apres deux ans alors qu’il est en pleine terre, j’imagine dans ton cas…

    En plus on nous avait facturé 600€ HT de « conseils », en fait c’est plus une surveillance pour vérifier que on fait bien les travaux… on a bien l’impression de se faire taxer et plumer. Bon ils ont eu l’agrément et maintenant ils peuvent se faire du blé tranquilou les aquavoleurs

    Je suppose que quand le spanc aura validé l’installation , deux ans apres je casse tout ce plastoc et je refais ca en dur avec des parpaings et une bonne étanchéité qui puisse tenir dans le temps. Quand je pense que les aquatyris font les foires bio et sont accueillis comme des écolos… bilan carbone pourri, plein de plastique peu durable…

     

  6. Bonjour David,

    Je suis tombée sur ton site à force de recherches sur la Phyto car je suis bloquée avec mon dossier chez Aquatiris.

    L’étude de sol a été faite. Lors de ma demande de base, j’ai expliqué vouloir faire ma Phyto en auto-construction, prendre chez eux le minimum obligatoire pour que mon système soit agréé pour un tarif minimum, partir sur un modèle 3eh en bâche epdm, multiplantes aquatiques. Ils m ont montré un devis à 3500€, pile mon budget en ajoutant le gravier/sable, les plantes, la tuyauterie… Plus tard, ils m ont mis en lien avec un paysagiste d’Alsace 61 qui devait me faire un devis et m’on montré un nouveau devis fvbac 3eh à 4700€, ça commence à grimper. Ensuite ils m ont mise en lien avec un paysagiste de Meurthe et Moselle 54 (je suis en Moselle 57), qui m a enfin fait un devis nominatif en accompagnement à la construction (est ce pareil qu’autoconstruction?) à 7700€ mais comprenant tout tout tout… Seulement on est sur une formule bac (ni le paysagiste, ni Aquatiris, ni l étude de sol ne me conseillé de faire bâche epdm, soit disant que même les pro ont du mal à faire passer, que les bacs ça bouge pas et que ce n’ est pas beaucoup plus cher). Donc 2800€ HT pour le matériel Aquatiris, 300€ par visite qui seront 3, 1400€ de tuyauterie (j ai un bon de 400€ chez bricomachin je leur ai demandé de retirer ça du devis), 950€ de graviers (je voulais savoir s il était compliqué et équivalent au niveau du prix de se procurer le gravier, histoire de faire baisser la facture mais ils m ont dit que je n y gagnerais pas grand chose, ils m ont donné la liste et les graphiques de granulométrie ainsi que les consignes de lavage du sable, le tout est de trouver une carrière), 850€ pour le certificat de conformité, 80€  les roseaux, tout ceci HT, pour un total de 7700€ TTC…

    Alors sans les graviers et les tuyaux je tombe a 5136€ TTC… Mais faut quand même que je bûche pour trouver le matériel ailleurs….

    Le prix est quand même double à ce qu on m avait annoncé quand je me suis lancée dans cette histoire au mois d’août… Ce que l’on me dit, c’est que si j’avais été moins novice j’aurais eu le devis à 4500€… Ce serait mon manque d’expérience qui me coûterait cher?

    Je lis hier dans un live de l’Archi’pelle ( chaîne youtube sur l’ autonomie) un commentaire qui dit que nous ne sommes pas obligés de passer par Aquatiris, mais je crois qu’ils ont le monopole ? Y a t il des associations écolo (dans l autoconstruction/connaissance Phyto) dans le quart nord-est qui pourraient me guider?

    Avez vous quelconque renseignements qui pourraient me faire baisser la facture?

    En espérant que mr le Maire soit réélu car le spanc, c est lui, et il est de mon côté mais bon mon problème c est les finances.

    Et demander des aides de l’État, c est compliqué, puisque le terrain ne pourra être considéré comme résidence principale que lorsque la Phyto sera en place et conforme.

    Merci de m avoir lue, merci pour votre patience et bravo pour votre site et le partage que vous y faites.

    Titia

    1. Bonjour Titia,

      Je ne sais pas pourquoi tu passe par un paysagiste, moi je suis passé en direct par aquatiris, il m’ont fournie le matériel obligatoire (bac…) et je me suis chargé du reste (sable, cailloux, tranché) l’accompagnement est obligatoire pour avoir l’agrément et la validation du SPANC. On en a eu pour 4000€ de devis aquatiris + ce qui était à ma charge ça doit monter à 4500 5000€ en tout.

      Pour le monopole d’aquatiris c’est effectivement faux : https://david.mercereau.info/phytoepuration-histoire-de-spanc-et-de-derogation/#comment-17532
      Par contre c’est souvent aussi faux de dire qu’on peu se passer d’eux (ou des autres) parce qu’ils ont investie dans un agrément (200 000€ par système) tu peux voir avec ton SPANC pour avoir une dérogation et faire un truc « a ta sauce » mais c’est plutôt très difficile a avoir… (en plus de parfois polluant si c’est mal fait…)

      Pour l’EPDM, à mon époque le 3EH n’avait un agrément qu’en bac, pas en EPDM. Il était question qu’il le fasse passer aussi mais je ne sais pas où ça en ai… Je ne doute pas (au prix de l’EPDM + colle +…) que ça tourne dans les mêmes prix au final…

      David

  7. Bonjour,

    Je tiens à te remercier pour tous les détails présents sur ton site.

    Je souhaite installer un système Eau Vivante, mais pour avoir mon permis de construire plus rapidement je suis passé par un bureau d’étude Aquatiris (550 euros).

    Le SPANC de ma région a l’air assez fermé aux systèmes non agréés mais le maire de mon village veut bien me donner une autorisation si je m’engage à fournir des résultats d’analyses tous les ans.

    Je voudrais savoir si l’autorisation du Maire est suffisant ou si je dois avoir l’aval du SPANC.

    Si le SPANC contrôle mon système et me demande de me mettre en conformité, peuvent-ils m’obliger à le faire si je peux prouver que je ne pollue pas?

    Si le maire change, peut-il lui aussi m’obliger à me mettre en conformité?

    Merci

    1. Bonjour,

      Hum je vois pas bien en quoi le maire serait au dessus du SPANC… Chez moi (je ne sais pas si c’est pareil partout) c’est la communauté de commune qui a la compétence pour le SPANC et par exemple moi ils ont refusé l’option « on donne des prélèvement chaque année » parce qu’ils ce sont trop fait avoir, les gens ils envoient les prélèvements 2 ans et après ils arrête…

      Le SPANC viendra obligatoirement contrôlé ton assainissement et oui ils peuvent te contraindre à faire les travaux sur un assainissement agréé…

      Bref je sais pas bien en quoi le Maire est au dessus des lois/au dessus du SPANC mais peut être que je me trompe…

      Bon courage,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.