Script API Ispconfig création utilisateur

Je m’occupe d’un service d’hébergement destiné aux actions politiques / citoyennes / artistiques… Le serveur était plein de chez plein, ça tournait sans que je m’en occupe trop… J’ai décroché de ces geekeries pour d’autres occupations… Mais voilà Debian 7 était en fin de support, j’ai migré, fais du ménage… du coup il y a de nouveau de la place sur le serveur donc je ré-ouvre les portes.

De ce fait j’ai automatisé une tâche qui me prenait du temps jadis : la création des comptes (même si avec Ispconfig, c’est quand même clique clique). J’ai donc accouché d’un script PHP qui utilise l’API d’ISPconfig, on y passe en paramètre :

  • Nom d’utilisateur
  • Email de l’utilisateur
  • Sous domaine souhaité (ici : cequejesouhait.zici.fr)

Et il nous génère :

  • Création de l’utilisateur « client » pour l’accès au panel Ispconfig
  • Création du site web
    • Création d’une base de donnée et de son utilisateur
    • Création d’un compte FTP et SFTP pour l’accès au site web
  • Création d’un transfère mail (ici cequejesouhait@zici.fr vers l’email de l’utilisateur)

Le script est téléchargeable ici.

Firewall : Mon script iptables

Je partage ici mon script de firewall iptable. C’est un script « à l’ancienne », dans du bash… ça fait le taf, mais rien de bien transsudant. En gros :

  • On ferme tout les ports sauf ceux qui nous intéresse (80, 25, icmp…)
  • Petite fonction pour ouvrir les ports mis en écoute sur Portsentry. Portsentry c’est un petit logiciel de sécurité en mode « pot de miel ». On met des ports en écoute mais il n’y a rien derrière. Dès que quelqu’un tente de s’y connecter (un robot ou quelqu’un de malveillant), ça bloque son IP dans le firewall pour un temps donnée. C’est radical si vous déplacez le port SSH du 22 vers autre chose et que vous mettez Portsentry à écouter (entre autre) sur le 22…
  • Mode maintenance du serveur web (lancé via ./iptables.sh maintenance). Il permet de mettre une page de maintenance pour tout le monde sauf pour vous (j’explique en détail dans cet article)

 

 

 

Horde upgrade (avec pear standalone)

Cet article fait suite à l’article sur l’installation de Horde en standalone via pear.

Pour faire un upgrade d’horde on lance deux commande :

Ensuite on va prendre un thé.

L’upgrade écrase le .htaccess où nous avions indiqué l’emplacement de nos libs pear. Il faut donc le re-éditer /var/www/horde/.htaccess

Ensuite il faut se connecter à horde en admin (http://horde.chezvous.com/admin/config) et lancer la mise à jours des configurations et des schémas de bases (suivre la procédure à l’écran, c’est du clic clic…).

Si tout c’est bien passé vous devriez avoir un panel d’admin dans ce goût là :

Terminé !

Sortie de la version 1.0 d’emailPoubelle.php – email jetable auto-hébergeable

nepasjeterEdit (05/01/2014) : prise en compte des commentaires

Vous avez besoin d’un service comme jetable.org, mail-temporaire.fr…  emailPoubelle.php c’est pareil… mais en mieux (parce que « à la maison »)

emailPoubelle.php est donc une page qu’il faut typiquement inclure dans votre site. Elle permet d’administrer des adresses email (des alias plus précisément) jetable ou temporaire. Ces adresses peuvent avoir une durée de vie limitée ou non. Elles peuvent être désactivé (>/dev/null) à tout moment.

Le (petit) projet

Le plus gros changement sur version 1.0 est l’utilisation d’une base de données (sqlite, postgresql, mysql.. au choix, c’est du PDO). Mais vous pouvez continuer à utiliser la version 0.3 qui est en full plain text

Le script dépend de Postfix, un service web avec PHP,  php-pdo et (en option) de la lib pear Net_DNS2

Les fonctionnalités dans leurs grandes lignes :

  • Activer / supprimer / suspendre une adresse email
  • NoScript compatible
  • Multi-base (sqlite, postgresql, mysql.. au choix, c’est du PDO)
  • Multi-domaine compatible
  • Expiration des adresses email possible
  • Ajout d’un commentaire sur l’email poubelle
  • Email blackliste
  • Full UTF-8
  • voir le changelog…

Installation

Télécharger & décompresser les sources :

Configurer apache (d’autres serveur web sont compatibles) pour que le DocumentRoot  pointe dans /www/emailPoubelle/www (dans notre exemple)

Configurer Postfix :

Ajouter dans le fichier /etc/aliases le devnull (pour la fonction de suspension de l’adresse email)

Service web : Un mode maintenance pour bricoler

By RRZEicons (Cc-sa)
By RRZEicons (Cc-sa)

Afin de réaliser des maintenances sur mon service web (ou les services attenant tel que Mysql) j’ai mis en place un petit mot d’excuse qui dit en substance : « maintenance en cours, merci de repasser plus tard ». C’est mieux que « La connexion a échoué » ou « Can’t Connect to MySQL Server on nian nian nian » non ?

La configuration de prod  :

  • Apache sur le port 80

La configuration de maintenance :

  • Apache sur le port 80 (le même)
  • Lighttpd sur le port 81
  • Iptables redirige le trafic arrivant sur le port 80 vers le port 81 en PREROUTING sauf pour mon IP (ça permet donc de bricoler)

Installation de lighttpd

Apeuté, et ayé :

Configuration de lighttpd

Éditer le fichier /etc/lighttpd/lighttpd.conf

Il est certainement possible de faire plus propre sur ce point. Actuellement je gère le message dans le index.html que je met dans le error404. Des redirection 302 quelque soit l’URL serait à envisager.

Maintenance On/Off

Pour se mettre en mode maintenance :

Et pour désactiver le mode maintenance :

Si vous avez des suggestions…

[ispconfig] Managesieve (dovecot) & Horde

sieve.infoDes dires de Wikipedia : « Sieve est un langage de filtrage du courrier électronique. Il est normalisé dans le RFC 5228. Sieve permet de filtrer sur les en-têtes d’un message qui suit le format du RFC 5322, c’est-à-dire un message Internet typique. « 

Sieve c’est très pratique car le filtrage du courrier est effectué au niveau du serveur dès la réception de l’email. Ce qui est presque indispensable quand on utilise plusieurs clients de messagerie (web &/ou desktop). Je vais donc utiliser Managesieve (qui est la partie serveur du protocole) pour Dovecot (projet Pigeonhole).

Actuellement le panel ISPconfig me permet d’éditer les filtres Sieve mais n’utilise pas Managesieve. ISPconfig stock en base (table mail_user_filter) et écrase le fichier à chaque modification.

Je ne souhaite plus passer par ISPconfig pour modifier mes filtres, mais directement par Horde (via Ingo) ou Roundcube (plugin) ou encore par thunderbird (plugin) selon mes besoins.

Installation de Managesieve

Rien de plus simple :

Modifier le fichier /etc/dovecot/dovecot.conf :

Puis redémarrer le service, le port 4190 doit ensuite être à l’écoute :

Horde (ingo) & Sieve

Il vous suffit de modifier le fichier ingo/config/backends.php de votre instance horde de la façon suivante :

Ne faites (peut être) pas ça chez vous

En effet ça ne s’avère pas être forcément la meilleure des solutions :

  • Il n’est apparemment pas possible d’importer des scripts existants.
  • Plus embêtant il s’avère que Horde fonctionne presque de la même façon qu’ISPconfig. A savoir qu’il stock en base les filtres et écrase le script sieve (via managesieve quand même) Ce qui me condamne à n’utilise qu’une interface (horde) pour modifier mes filtres :’-(

Bon je m’en contente, il est toujours plus agréable de modifier ses filtres via son webmail (horde) que via le panel ISPconfig.

Backup chiffré avec duplicity sur HubiC

EDIT 24/02/2015 : ‘Il n’est plus nécessaire d’utiliser cloudfiles comme backend pour duplicity. À la place, il faut utiliser un backend spécial hubic intégré à duplicity récemment » voir le commentaire de blankoworld

EDIT 02/2015 : suppression du « DeprecationWarning » dans le log.

EDIT 17/02/2014 : suite à des changements sur Hubic.com, Gu1 à mis à jour python-cloudfiles-hubic. J’ai donc mis à jour mon script en conséquence

Hubic GUI avec duplicityMon ADSL est depuis peut chez OVH. De ce fait je bénéficie d’un compte hubiC avec un espace de stockage d’1To. Quelle aubaine pour des sauvegardes ! Mais bon donner mes mails, mes sites, mes documents administratifs à un tiers… bof bof. Il faudrait un minimum de chiffrage !

Et bien comme disait les autres nuls : « Hassan Cehef c’est possible » avec duplicity et python-cloudfiles-hubic !

python-cloudfiles-hubic est nécessaire car duplicity n’intègre pas nativement le service cloud « HubiC » pour une sombre histoire de protocole d’authentification non standard de la part d’OVH (détail par l’auteur)

Installation

On commence par le plus simple (duplicity) :

Maintenant python-cloudfiles-hubic :

Utilisation

Dans vos paramètre sur hubic.com dans votre menu « Vos application » il va falloir ajouter une application :

  • Nom : cequevousvoulez
  • Domaine de redirection : http://localhost/

Quand l’application est créer récupérer le « client id » ainsi que le « client secret » dans l’interface

screenshot.62

Quelques petits tests pour la prise en main :

Rendez-vous ensuite dans votre interface hubiC. Et là normalement il y a plein de fichier duplicity-BLABLA-blabla.bla ! On supprime tout ! (c’était juste pour les tests)

Il ne semble pas possible d’écrire dans un sous répertoire. Mais, comme je l’ai signalé dans mon commentaire, il semble possible d’écrire dans un autre « container » sur hubiC (autre que default). Il ne sera visible qu’après modification de l’URL. Exemple si vous avez écrit dans le conteneur backup rendez vous sur l’URL : https://hubic.com/home/browser/#backup

Le script

Voici mon script :

A noter que mes bases de données sont dumpées à plat de façon indépendante du script de backup distant (par mysql_dump.sh)

Exemple de fichier filelist :

Attention : les fichiers et répertoires à exclure doivent apparaître avant l’inclusion d’un répertoire parent. En effet, duplicity s’arrête à la première règle qui matche un chemin donné pour déterminer s’il doit l’inclure ou l’exclure. (sources)

Il n’y a plus qu’a le lancer en tâche cron :

Ressources