La paillourte après 1 an de chantier

Petite z’images de notre maison ~1 an et 1 mois après le début du de chantier… Et bien nous sommes en train d’emménager ! 🙂

En vidéo :

En image :

J’ai des articles en retard sur le lit mezzanine, la cuisine… ça viendra…

Merci encore à toutes les personnes qui on contribué de prêt ou de loin à notre petit cocon tout rond…

6 réflexions au sujet de « La paillourte après 1 an de chantier »

  1. Wahou wahou wahou !
    Quelle maison de rêve ! Vous êtes des oufs les loulous !
    Mille bravos pour votre persévérance, imagination, création, et amour de cette belle Terre et des p’tits êtres qui l’habitent.
    Tellement hâte de venir en vrai trinquer à cette nouvelle sonmé 🙂
    A vite ! Margot

  2.    M. Mercereau, bonjour. C’est en finissant de regarder attentivement une vidéo, sur la plateforme de diffusion numérique, libre et participative « OnVousEntube », d’une intervention d’un remarquable économiste-philosophe Marxo-Spinoziste, Frédéric Lordon, au sujet de son dernier ouvrage en date, « Vivre Sans. Institutions, Police, Travail, Argent… », que je me suis timidement aventuré sur votre non-moins remarquable site payant à but lucratif, sur lequel, je le confesse, je n’étais pas retourné depuis une lurette qu’elle est belle… Inutile de vous avouer – bien que ce soit l’objet même de mon commentaire… – l’état progressif de sidération admirative qui m’a saisi au fur et à mesure que je découvrais l’avancée collective de ce « chantier formateur », dont l’ampleur titanesque n’a d’égale que sa profondeur dantesque (le côté « terrifiant » en moins, ou presque…), et dont le travail de fourmis a fait éclore un magistral chef d’oeuvre. Alors, je ne m’engagerai pas dans la verbalisation et l’expression d’une série d’adjectifs qualitatifs tous plus chatoyants les uns que les autres afin de qualifier votre oeuvre collective partagée, voie ici périlleuse tant vous avez probablement déjà du entendre tout ce que le vocabulaire français connu à ce jour contenait en termes de registre élogieux. Ce serait donc une gageure que de tenter d’apporter ne serait-ce que la plus petite des brindilles de paille à cet édifice oral mélioratif aussi gigantesque que votre ouvrage. Néanmoins, laissez moi, même à distance géographique, temporelle et physique – distance multiforme qui, bien que cela me peine de l’écrire, fût aussi, il faut le dire, durant l’ensemble de la réalisation de ce projet de vie à trois rondement mené mais qui ne tourne pas en rond, un éloignement (inter)personnel… – vous faire part, humblement, « modestement mais génialement », de ma grande et sincère admiration pour cette création venue, faite et rendue à la terre, qui est aussi ingénieuse techniquement, lumineuse esthétiquement, chaleureuse humainement, fondamentale politiquement que décisive anthropologiquement… Je vous souhaite donc, à vous, ce trio aussi circulaire que cher, une enthousiaste et fière installation dans ce « petit » paradis sur et en Terre, pensé et réalisé au bout d’un travail humainement socialisé de longue haleine et fort salutaire, car, comme on le sait tou-te-s, « le travail, c’est la santé… sauf le dimanche » !!!!!! 😉 Friotiemment votre,
     et sans oublier qu’ « à la fin, c’est nous qu’on va gagner! » Pierrik H.PS: vous veillerez à ne pas (trop) utiliser mes données personnelles dans le but d’en dégager une plus-value monétaire servant à sous-traiter les éventuels prochains travaux de votre paillourte à une petite TPE du coin, que vous pressurerez à fond afin qu’elles réduisent ses tarifs de prestation en baissant le prix de la force de travail de son/sa ou ses salarié-e-s, plus-value que, de votre côté, vous réinvestirez stérilement et spéculativement dans un fonds de pension Nord-Américain dans le but de vous acheter une retraite dorée sur le dos des travailleurs du monde entier, retraite dont, de toute façon, vous ne pourrez profiter, car d’ici là, le Capitalocène se sera produit… 😉   

  3.  M. Mercereau, rebonjour. Petite précision formelle: je viens de publier un commentaire il y a quelques minutes sur cette même page. 
     
    Il doit donc être en ce moment en « lecture modératrice » avant autorisation ou refus de publication. 
     Or, il se trouve que l’avais rédigé de manière formellement aérée et lisible, mais que dans sa conversion en commentaire officiel, il a été totalement déstructuré et ramassé, ce qui le rend quasiment illisible, ou en tout cas fort peu digeste… 😉 
     
    Si jamais, vous désirez le lire plus clairement, vous pouvez me contacter à mon adresse mail pour que je vous l’envoie dans son état originaire.
     
     Merci.
     
     Pierrik H.
     

    1. Misieur Pierre H,

      Heureux de te lire !
      Pas de censure ici, la modération c’est juste pour éviter les SPAM (le viagra je sais où l’acheter, pas besoin qu’on me l’indique).
      Je ne vais pas faire un aussi beau / long pavé que toi mais je vais tâcher de résumer ma pensée, mon désir en quelques mots : VIENT DONC la voir t’chotte ptite cabane !!! On t’achètera (peut être) une despé’ 🙂

      Des gros bisous de nous !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.