Fabriquer le Othello/Reversi en bois

Pour noël, je me suis lancé dans la fabrication du jeux Othello, autrement appelé Reversi . C’est un jeu à mi-chemin entre le morpion, le puissance 4, le quarto… Les règles sont assez simples mais c’est un jeu qui peut s’avérer stratégique.

Les règles :

Ce jeux est relativement simple à fabriquer, il faut un plateau découpé en 8×8 cases et 64 points.

Le plateau

Le plateau que j’ai réalisé est fait dans une planche de massif qu’on m’avait donnée (merci Rémi). J’ai tracé au crayon mes cases (8×8) et j’ai creusé très légèrement sur le crayon à la défonceuse… Ensuite (toujours à la défonceuse) j’ai fait un petit chanfrein. Tout ça est purement esthétique, bien sûr si vous n’avez pas de défonceuse ça marche aussi juste avec du crayon…

Les pions

Les pions ont été fait en branche de frêne écorcé. C’est une perche de ma yourte que j’avais en rab, qui n’étais plus utilisable pour la yourte car elle avait été mal stockée, mais qui a fait un beau résultat pour les pions.

Pour qu’il soit d’épaisseur quasi constante, j’ai bricolé un petit support de butée pour ma scie circulaire.

Et après il a fallu poncer tout ce petit monde…

Un peu d’huile de lin, d’encre et voilà le travail :


Construction de la yourte : Les murs (treillis) & la toile intérieure

Nous construisons notre Yourte accompagnés par l’atelier de la Frênaie. Pour un bref récap’, notre yourte est une yourte 4 saisons et nos choix la concernant sont les suivants :

  • 7m de diamètre soit 40m²
  • Toile acrylique en extérieur : beaucoup plus durable que le coton (cousue par la Frênaie, car nécessitant une machine à coudre industrielle et un savoir faire important)
  • Pour les ouvertures : 1 porte vitrée & 2 châssis fixes vitrés au Sud + 1 porte vitrée à l’Est
  • 12cm de laine de mouton pour isolant ;
  • Toile intérieure en draps blancs (recyclage) ;
  • Structure en bois de frêne brute partiellement écorcé (parce que c’est beau, souple et résistant) ;
  • Dôme vitré ouvrant avec sortie de poêle (fait par la Frênaie) ;
  • Plancher isolé avec 4cm de liège ;

Dans mon précédent article, je détaille plus ces choix. On a pas lésiné sur le confort thermique (isolation et ouverture en dur) parce que ça me semblait important écologiquement et qu’on avait les moyens de le faire. Sans pour autant perdre l’aspect nomade, le souhait étant que cette yourte puisse entrer dans un camion de déménagement de maximum 20m3. Cette yourte nous coûte ~15000€.

La Frênaie nous permettait de rapporter du « travail à la maison » (le reste se faisant en atelier), ce que nous avons fait pour les murs & la toile intérieure.

Le treillis (les murs)

En bois de frêne brute partiellement écorcé donc. Je trouve ça magnifique mais pas simple pour l’assemblage car le bois n’est pas droit ni régulier. Ceci étant dit je recommencerai volontiers. Le frêne à été coupé localement dans le marais par la Frênaie qui se veut exemplaire dans la gestion de celui-ci.

Les murs sont constitués de 144 perches, il a fallu faire 976 trous et tout autant de nœuds. Le plan ce présente comme tel :

Note : Il y a une erreur sur le plan. Dans le schéma en haut à droite il faut inverser le mur C & le mur B. La vue de gauche est la vue « de l’intérieur »

Plan réalisé par la frênaie
Plan du treillis réalisé par l’atelier de la Frênaie

Nous avons commencé par les poncer et les percer à l’atelier de la frênaie :

Ensuite il faut faire les nœuds. On a convié des copains nœud nœud pour se faire. En deux grosse après-midi c’était fait :

Merci à Florian, Romain, Sergio, Aurélie, Florian G., Pierre-Yves, Manon, Anaig, Chloé, Aurélie, Julie, Mélanie, Nico, Louisa, Florian, Marnia pour leur participation.

La toile intérieure

La toile intérieure est faite en draps de seconde main. Elle n’a aucun rôle structurel, elle maintient simplement l’isolant à sa place. Une couture simple est donc suffisante. Mais la couture anglaise à été préférée pour une meilleure finition et pour envisager un éventuel lavage en machine. Voici le patron de la toile intérieure pour les curieux.

Vues les longueurs de tissus à manipuler nous avons loué un petit atelier associatif avec de l’espace et des tables (pleins de tables)

Pour découper le cercle nous avons investi dans 2 bâches (10x2m) qui serviront plus tard pour couvrir le bois. Elle nous ont permis d’étendre la moitié de la toiture et de tracer le cercle à l’aide d’une grande ficelle de la taille du rayon.

Merci à Cathy (pour son atelier), Carole (best of couturière), Alice & Chloé pour leur aide précieuse sur cette étape.

Fabriquer un awalé

Awalé

Selon Wikipiedia : L’awélé ou awalé est un jeu de société combinatoire abstrait créé en Afrique. C’est le plus répandu des jeux de la famille mancala, ensemble de jeux africains de type « compter et capturer » dans lesquels on distribue des cailloux, graines ou coquillages dans des coupelles ou des trous, parfois creusés à même le sol.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce jeu je vous propose de lire les règles du jeu

Il y a de multiple façon de jouer à l’awalé. Vous pouvez vous contenter de creuser 12 troues dans le sable et de trouver 48 cailloux.  Il est aussi possible de jouer dans une boîte d’œuf (idéale en bricolage pour les enfants)… J’ai personnellement voulu l’offrir et j’ai donc souhaité le faire en bois.

Le « plateau » : je me suis très inspiré du site african-concept, qui explique la méthode traditionnelle de fabrication. J’ai récupéré deux petites chutes de bois que j’ai creusé au ciseau à bois puis poncé. J’ai acheté « 3 francs 6 sous » un fermoirs et une charnière pour faire plus propre.

Les pions : le caesalpinia crista (l’arbre d’où provient les graines traditionnellement) ne poussant pas en France. Je me suis rabattu sur des haricots blancs bien français que j’ai vernie. Une autre bonne idée, plus esthétique, aurait été de les faire en pâte à sel.

La peinture à l’ocre / argile

potsSuite à un chantier participe fait avec Formaterre, Thierry Baruch m’a parlé de la peinture à l’ocre. Une solution écologiquement / économiquement idéale pour le bois. Je vous conseil d’ailleurs l’article de Thierry :

[…] revient à environ 1€ le kilo de peinture […] … en 45 minutes !!! […] Vous avez besoin de 260 grammes de farine de blé ou de seigle. Mélangez-les à 20 cl d’eau pour obtenir  une pâte. Ajoutez-y 3 l d’eau chaude. Passez au mixeur pour obtenir un mélange homogène, sans grumeaux. Laissez cuire à feu doux 15 mn.Une fois le mélange homogène, versez 1kg d’ocre en pluie fine puis 100 g de sulfate de fer. Chauffez à feu moyen et remuez fréquemment pendant 15 minutes. Il est possible d’utiliser également le mixer. Attention : Si vous utilisez une cuillère en bois, elle sera difficilement récupérable.Pour finir Versez ensuite 40 cl d’huile de lin (de préférence de noix, mais c’est beaucoup plus cher) puis 4 cl de savon liquide biologique. A nouveau, remuez le tout pendant 15 minutes. Soyez vigilant pour éviter l’accroche au fond du récipient. Laissez refroidir. Vous disposer de quelques kilos de peinture.

A noter que toutes les couleurs sont disponibles, du rouge au blanc, gris, noire, jaune, bleu… Maintenant si vous en avez sur votre terrain c’est encore mieux…

Des ressources :